20Minutes, un média de proximité influent

Catégories MediaÉtiquettes , , , Publié le Le Format Discussion

ENTRETIEN : 20Minutes ou le média de consommation rapide. Caroline Girardon nous dit tout sur les rouages de l’information.

C’est dans une rue du deuxième arrondissement lyonnais que se situe les locaux de 20Minutes. Nous retrouvons au troisième étage d’une cage d’escalier étroite Caroline. Jeune femme trentenaire, dynamique et diplômée de l’ISCPA Lyon. C’est à elle que revient la mission de répondre à nos questions sur le média qui l’emploie.

JOURNALISTE (J) : Question simple pour débuter, pourquoi le nom 20Minutes ?

CAROLINE GIRARDON (C.G.) : Parce que 20 minutes c’est le temps, selon les études, que les lecteurs consacrent chaque jour à la lecture du journal. C’est pour ça que ça s’appelle 20 minutes. (elle rit)

J : Quel est le modèle économique de 20Minutes ?

C.G. : Le modèle économique de 20Minutes, tout simplement, c’est que le journal est financé par la publicité et par les actionnaires. Ce n’est pas un journal payant. L’idée c’est que les annonces publicitaires fassent vivre le journal. 

J : Qui décide de vos quotas de distribution ?

C.G. : C’est fait de Paris, […] ils ont dû faire des études de marché et cibler la population pour décider de tirer à tant d’exemplaires. 

J : Est-ce que vous avez une idée de l’impact écologique qu’à cette impression papier ?

C.G. : Alors moi ça je répondrais que c’est de la responsabilité de chacun, moi quand je prend un journal dans le métro, […] une fois que je l’ai lu je le met dans une poubelle de tri, (elle sourit) je vais être un peu sévère mais ça s’appelle l’éducation et ce n’est pas de la faute de 20Minutes si le journal se retrouve par terre. 

J : Êtes-vous un média très présent sur les réseaux sociaux en terme de visite ?

C.G. : On est dans le top 4 […] avec Le Monde, Le Parisien et le Figaro je crois. C’est à peu près les 4 médias qui, chaque mois, se repartissent les premières places.

J : La population jeune et urbaine utilise massivement les réseaux sociaux, est-ce que vous vous considérez donc comme étant un média influent ? 

C.G. : Oui, je pense qu’on est un média influent mais après ça dépend pour quel type de lectorat. 

J : Vous en distinguez plusieurs ?

C.G. : On a différents types de lectorat qui ne sont pas les mêmes pour le print (ndlr : la version imprimée de 20Minutes) et la version web. Le lectorat web est beaucoup plus jeune alors que le lectorat print c’est plus des actifs qui prennent le journal en allant travailler. […] Notre cible à nous c’est de s’adresser en priorité aux jeunes actifs ou étudiants, on ne s’adresse pas forcement aux quinquagénaires, aux sexagénaires ou aux retraités.

J : Au vu de ce large lectorat, est-ce que vous pensez donc avoir une place d’influence sur l’échiquier politique ? 

C.G. : Non, on l’a expérimenté pendant la présidentielle (ndlr : celle de 2017), on est pas un média qui se positionne, on donne la parole à tout le monde. Clairement, on est pas un journal d’opinion politique.

J : Merci Caroline Girardon.

C.G. : Merci à vous.

Le logo du quotidien 20Minutes.

https://www.20minutes.fr

NOTEZ CET ARTICLE : 1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Chargement

A découvrir dans la même rubrique