Agence Dépêches : cap sur l’optimisme

Catégories AgenceÉtiquettes , , Publié le Le

Jennifer Baudet et son équipe nous reçoivent dans les locaux de Dépêches, une bâtisse d’une rue passante de Limonest.

Jennifer Baudet est parée d’un blaser rouge et de lunettes 70’s qui en disent beaucoup sur sa modernité et son dynamisme.

Initialement, Jennifer Baudet se dirige vers l’ISCPA Lyon dans l’espoir de travailler dans le graphisme. Découragée par ses lacunes dans la discipline, elle finit son Bachelor puis se spécialise avec master dans l’événementiel. Fraichement diplômée, Jennifer crée sa première entreprise (Co&Cott) destinée spécifiquement aux événements féminins. L’aventure s’achève un an et demi plus tard avec la fermeture de sa start-up et le retour sur le marché de l’emploi.

C’est ainsi que Jennifer rencontre Florence Le Berre, fondatrice en 1986 de Dépêches, une agence de communication orientée en BtoB (communication pour les entreprises). La jeune femme intègre en 2015 Dépêches et décroche la même année le statut d’associé suite à la création de la seconde entité du groupe, Com’on Simone. Cette dernière est une agence de communication spécialisée dans les start-up et le BtoC (communication pour les particuliers).

Une partie de l’équipe de Dépêches/COM’ON SIMONE © Delphine Bellard

« Je me considère comme un couteau suisse »

Com’on Simone est le bébé de Jennifer. Dès son arrivée à Dépêches, son dynamisme ne peut être contenu. Véritable couteau suisse, elle est associée, responsable et graphiste pour l’entreprise. Jennifer est autonome et douée, mais elle sait aussi s’entourer des bonnes personnes. Ainsi, on retrouve Gaëlle, social media manager et Axelle, chargée de relations presse. La première, tatouage floral et tee-shirt boyfriend, partage la même énergie que la communicante.

« Je suis une femme donc je suis féministe »

Sujet sensible. Quand on lui demande si l’équipe 100% féminine est un choix, elle répond que non. Des collaborateurs masculins ont en effet déjà travaillé dans l’entreprise. L’efficacité et le professionnalisme sont recherchés, pas le genre. Comme elle nous l’a dit, elle défend ses droits de femme sans tomber dans l’extrémisme.

Pour le futur de l’entreprise, ou son propre futur, elle préfère rester vague. La jeune femme entretient le flou et prend du temps pour choisir le chemin qui lui conviendra le mieux. Peu importe celui qu’elle empruntera, elle le fera toujours en fonction de sa passion et non pour l’argent. Selon elle, la vie est faite d’opportunités et il faut savoir les saisir à temps pour ne pas avoir de regrets.

Vidéo Youtube :

@ – Site web du Tour-e-Média

 

 

NOTEZ CET ARTICLE : 1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Chargement

A découvrir dans la même rubrique